libert_1.jpg

Expression politique

Tribunes libres des groupes politiques de Bourgoin-Jallieu représentés au sein du conseil municipal.

Nouvelles n° 157 : mars 2019


GROUPE MAJORITÉ
LES RÉPUBLICAINS, UDI, DIVERS DROITE

Pour une ville internet sur smartphone et en très haut débit !

Mardi 29 janvier la ville de Bourgoin-Jallieu a été récompensée d’une nouvelle étoile au label des Villes Internet.
La commune détient désormais 3 arobases sur 5. Cela illustre l’ensemble des améliorations et des nouveautés développées par les services municipaux et intercommunaux. La synergie mise en place entre la direction des systèmes d’information, la direction générale adjointe aux ressources et la direction de la communication a permis d’améliorer l’offre numérique du territoire.
Entre les sites internet bourgoinjallieu.fr, monquartier.bourgoinjallieu.fr et ceux des Belles journées ou des Saveurs du Dauphiné, les habitants bénéficient d’une information accessible, personnalisée et diversifiée. Les  aménagements de l’espace famille permettent aux parents d’écoliers inscrits dans les écoles publiques d’obtenir une information régulière et une gestion numérique du périscolaire et de la cantine, ou de disposer de nouveaux modes de paiement et d’un archivage de leurs factures. Toujours pour les familles, la ville augmente chaque année le nombre de classes équipées d'un tableau numérique interactif (TBI) afin que les écoliers bénéficient des avancées technologiques disponibles. Bien d’autres outils ont été développés ces dernières années pour accompagner les changements de comportement de la population. Si en 2014, la moitié des français disposaient d’un smartphone, aujourd’hui 80% sont équipés d’un terminal mobile intelligent.
Le taux de pénétration monte même à 98% pour les 18-24 ans ! Ainsi nous avons souscris à plusieurs services mobile, tels que Whoosh ! en 2015 et Museopic en 2017, et développé en 2018 une application regroupant les services municipaux et l’information municipale intitulée « Bourgoin-Jallieu ». Pour accompagner l’utilisation d’internet par nos concitoyens, la ville a développé ses réseaux sociaux. De 120 abonnés Twitter et 350 fans Facebook début 2014, les community managers de la mairie répondent quotidiennement à 1282 followers Twitter, 8601 amoureux de la page officielle Facebook et 999 abonnés Instagram. L’engagement des agents municipaux a permis là encore d’appliquer une politique municipale ambitieuse en matière de nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cela récompense également le travail collectif de l’équipe municipale sur ce sujet.
Si nous avons obtenu de nombreux succès, un dossier au long cours subsiste : la fibre. Malheureusement, son déploiement sur la commune n’est pas géré par les services municipaux, mais par Orange jusqu’au 31 décembre 2018, puis par SFR. Cet été, l’État a décidé de redistribuer les cartes du plan France Très haut débit (un programme visant à couvrir l’intégralité du territoire en très haut débit d’ici 2022) en attribuant la ville de Bourgoin-Jallieu à la société SFR sans aucune concertation. Un changement de délégataire qui a fortement perturbé l’agenda des travaux sur la commune. Le 5 février 2019, j’ai rencontré les techniciens de la société Orange pour faire un point sur l’état de leurs réalisations à la date de fin de leur engagement. Selon eux, 7 482 logements sont raccordables, soit une couverture d’un peu plus d’un tiers de la commune. Pour ces habitants, la fibre est déployée dans l’immeuble (avec des points de branchements à chaque étage) ou disposent de points de branchement dans les rues pavillonnaires. Si votre logement est raccordable et qu’un opérateur couvre le quartier, alors vous êtes dit « éligible à l’offre fibre » et vous pouvez vous y abonner en vous adressant à l’opérateur de votre choix : Orange, SFR, Bouygues, Free, etc. Par ailleurs, 16 785 logements sont « adressables », c’est-à-dire que le réseau de fibres optiques est présent dans la rue, à proximité du logement. Attention, un quartier couvert par la fibre n’implique pas que tous les habitants puissent souscrire une offre fibre. Il reste une dizaine de points de mutualisation de zone (PMZ) à installer et 4 370 prises adressables à construire pour que la fibre soit totalement déployée dans notre ville.
Depuis le 1er janvier 2019, les travaux pour déployer la fibre optique sont gérés par SFR. Conscient des attentes fortes des habitants sur le sujet, je suis de près ce dossier et rencontrerai les techniciens SFR en mars pour valider le plan de déploiement de notre nouveau délégataire.
Tout comme une partie d’entre vous, je n’ai pas encore la fibre et je me languis de pouvoir me connecter en THD. N’hésitez pas à me contacter sur Twitter @artoupan pour que je puisse répondre à vos questions dès la mi-mars. Comptez sur moi pour faire avancer ce dossier !

Olivier DIAS
Adjoint au maire Chargé des Finances, du Personnel, de l'Administration Générale, de la Communication

Conseiller communautaire à la CAPI


GROUPE D'OPPOSITION DE GAUCHE

Démocratie « PARTICIPATIVE » ?

Lors du journal Nouvelles de l’été dernier notre groupe s’était interrogé sur les objectifs du sondage BVA initié par la majorité municipale. Le principe de cette enquête nous semblait intéressant aussi nous avons demandé à plusieurs reprises au maire de nous communiquer l’ensemble des résultats. Ce dernier a refusé, nous renvoyant à l’analyse faite des réponses dans le Nouvelles de décembre 2018.

Pourquoi refuser de communiquer les éléments de l’enquête aux élus de l’opposition ? Comment le maire peut-il assumer cette position ? Si les résultats sont fidèles aux réponses des Berjallienne.s, où est le problème ?

Si le parti Les Républicains auquel appartient le maire avait financé cette étude, en vue des élections municipales de 2020, nous comprendrions, mais ce n’est pas le cas, elle a été payée avec l’argent public. Elle mériterait d’être diffusée largement (élus, conseils de quartier…) dans les différentes instances de consultation participative.

Nous avons donc pris connaissance des résultats dans le journal municipal et avons découvert un des leitmotiv du maire comme étant soi-disant une demande des Berjallien.ne.s : moins d’impôts, moins de service public ! Litanie que nous entendons à chaque CM comme si les différentes taxes instaurées par la nouvelle municipalité n’étaient pas des impôts !

La ficelle est un peu grosse. Lors des ateliers mis en place dans le cadre de la consultation (ateliers forts intéressants et auxquels nous avons participé), nous n’avons pas entendu de Berjallien.ne.s dire qu’ils souhaitaient moins de restauration scolaire, moins de temps de garderie, moins de services d’état civil….. Le traitement de cette enquête ressemble de plus en plus à une manipulation, dans le but de préparer les futures échéances électorales.

Frédérique PENAVAIRE
Conseillère municipale - PCF


GROUPE ANDRÉ BORNE

Les trésors dormants du futur « Quartier Fortuné RAMSEYER »

Ce projet urbain de la gare à l’entrée sud du territoire, certains élus berjalliens le connaissent bien puisqu’il a fait l’objet dans le cadre du Pôle métropolitain en 2011 d’un concours d’urbanistes-architectes « appel à idées Quartier de Gare ». Les grandes lignes du projet sont inscrites dans le PLU 2014. Une vingtaine d’hectares, dont une dizaine propriété de la commune, facilitera la construction de divers ouvrages publiques/privés : 2e trémie, parc arboré, aménagement du BION, école, logements, gare multimodal, parkings, pôle économique tertiaire…
Les enjeux du projet urbain dépassent le seul rayonnement d’un quartier, le seul rayonnement de la ville du fait de sa situation spécifique de grande gare au sein de la vallée urbaine. Cet espace va offrir un pôle multimodale d’échelle intercommunale et l’installation d’activités tertiaires ou de services de rayonnement régional et métropolitain avec des dizaines d’emplois à la clé ! Bourgoin-Jallieu devient « the place to be » !

André BORNE – Robert AUBIN
Conseillers Municipaux
Conseillers Communautaires CAPI


GROUPE RASSEMBLEMENT NATIONAL

Ces commerçants laissés sur le carreau !

Remplaçante de M. Arlaud R. décédé, je tiens à remplir ma mission de conseillère municipale d'opposition, je suis attachée à la liberté d'expression, c'est pourquoi je veux redonner la parole aux Berjalliens afin de mieux les représenter et les défendre. J'ai rencontré les commerçants du centre-ville de Bougoin-Jallieu. Leur souffrance toujours présente face aux travaux qui se sont déroulés dans la rue piétonne durant plus de deux ans. Beaucoup ont dû fermer boutique et beaucoup cherchent à vendre et même un à « fuir Bourgoin et regrette de s'être investi dans la ville » (sic), aucune visite ni soutien de la municipalité, ils ont l'impression d'être délaissés et le manque de dynamisme ressort de leur témoignage. Le problème de stationnement qu'ils réclament 1h gratuite (ce qui était une promesse de campagne de l'équipe en place en 2014) contre 30 mn aujourd'hui, le manque de parkings et la gratuité du mois d’août posent problème. Une morosité de la rue piétonne sans verdure ni pot de fleur !

Nathalie Germain
Conseillère municipale, artisan, chef d’entreprise membre du Conseil national RN


ARMAND BONNAMY
SANS ÉTIQUETTE

Nous entrons dans l’année du 75e anniversaire de la libération de Bourgoin et de Jallieu.

Comment en est-on arrivé là ? Comment cela a-t-il été possible ? Il y avait plus de 250 Allemands à Bourgoin, logés aux silos, route de St Jean de Bournay, puissamment armés, entraînés et prêts à défendre leur entrepôt de vivres et d’armes de la Marine de guerre allemande en méditerranée ! En plus la Feld Gendarmerie : pas des tendres, chargés de faire régner l’ordre nazi à la fin d’une guerre qu’ils devaient, en 1944, savoir perdue.
Au début, une bande de copains, qui étaient allés à l’école ensemble : ils se réunissent le 11 février 1941, au café des Marronniers, près de la mairie de Jallieu, en présence de 2 résistants lyonnais, et s’interrogent : que faire ? La réponse, nous la connaissons : peu à peu ils s’organisent, leurs rangs s’étoffent. Ils noyautent les administrations, reçoivent des armes et, le 23 aôut 1944, libèrent le secteur. 119 en quatre ans donnèrent leurs vies. Ne les oublions pas !

Armand BONNAMY
Conseiller municipal délégué aux Anciens Combattants et au Devoir de mémoire


 

 

Partenaires